Yahvé est mon berger, rien ne me manque.
Sur des prés d'herbe fraiche il me fait reposer.
Vers les eaux du repos il me mène,
il y refait mon âme ;
Il me guide aux sentiers de justice
à cause de son nom.

L'âme de l'ëtre frémit à ces mots.

Lorsque le "moi" habituel laisse peu à peu la place au "moi authentique", à ce "Soi individualisé que nous sommes", la justice apparaît.

(extrait : la Bible de Jérusalem).