Yes !

Une différence subtile

Je me rends compte maintenant que j'ai vécu dans une grande confusion, à propos de ce que l'on appelle l'acceptation ou, pour le dire autrement, le lâcher-prise. Cette confusion consiste à confondre la situation et notre action dans la situation.

Lorsque Carl (le personnage principal) croise le donneur de prospectus, il refuse non seulement le prospectus, la situation elle-même. Et le "non" au prospectus est en fait un non à cette situation.

Les événements que j'ai refusé et que je refuse parfois encore sont innombrables. Parfois je m'entends dire encore "non, c'est pas vrai !". Comprenez-vous l'absurdité de cette réaction ? Quelque chose se passe et je dis "non, c'est pas vrai !".
Ah... Misère !

C'est cela, être endormi, non-vivant : refuser les situations que la vie nous offre.

N'offrir aucune résistance à la vie c'est être dans un état de grâce, tranquillité et légèreté. Cet état ne dépend plus alors que les choses soient d'une certaine manière, bonnes ou mauvaises. Eckhart Tolle

Il s'agit donc d'accepter d'être vivant, d'accepter les situations, toutes les situations. C'est là que se situe le "oui" inconditionnel. C'est là que se situe aussi le "renoncement" : renoncer à dire non à la vie.
Reste alors notre (ré)action dans l'événement. C'est autre chose.

Un véritable choix

Combien de fois disons-nous "oui" (ou "non") par obligation, par habitude... en fait parfaitement inconsciemment ?
Souvenons-nous de notre fonctionnement :

  • Un événement
  • Notre réaction, basée sur nos croyances
  • l'état émotionnel qui en résulte.

Le lâcher-prise consiste à abandonner l'illusion de notre monde pour vivre enfin dans l'instant.
Accepter inconditionnellement une situation,
c'est s'autoriser à dire vraiment "oui" ou "non",
c'est être intègre
et notre parole est alors impeccable.
Et "seule la vérité vous affranchira".