Attachement = anneau de pouvoir

Ce mot est à prendre au sens littéral. C'est ce que l'on retrouve par exemple lorsqu'un animal est attaché par un collier.

Chacune de ces pierres représente un attachement, un pouvoir limitant sur notre conscience. Symboliquement nous sommes attachés, comme un serpent est "collé" à la Terre. Ces attachements sont tout ce à quoi nous tenons, il serait plus judicieux de dire "ce qui nous tient" : maison, bijoux, souvenirs, liens familiaux, sociaux, professionnels... Il est important de noter que ces attachements sont notre propre conception, ils forment notre propre vision, résultat de nos croyances et donc de notre domestication. Autrement dit, la voiture, la personne "objet" du lien émotionnel n'est pas "en cause" en elle-même. Cela ne signifie pas que toutes ces relations sont des attachements, considérez uniquement les relations qui, d'une manière ou d'une autre, vous enlèvent plus ou moins de liberté.

Nous retrouvons ici les accords toltèques, en particulier les 2ème et 3ème.

Attention à ne pas confondre attachement et amour : distinguons l'attachement au sens limitant, rigidifiant, de l'Amour au sens libérateur, au sens d'ouverture. Autrement dit, il ne s'agit pas de refuser tout sentiment envers une autre personne, il s'agit d'aimer véritablement, sans anneau de pouvoir de cette personne envers nous.

Dans cette cérémonie, nous sommes dans un lieu inspirant, baigné par la Lumière du Soleil.

  • Afin de commencer le rituel, prenez conscience de l'endroit où vous vous trouvez : entre Ciel et Terre, les pierres dans les mains.
  • Debout ou assis, faites revenir à votre conscience les attachements (anneaux de pouvoir) symbolisés par ces pierres ; il s'agit de bien prendre conscience de ces attachements ; parfois ils sont représentés par un collier relié à une chaîne, comme un chien tenu en laisse.
  • Invoquez maintenant votre Ange de la Mort, qui est aussi votre Ange de la Vie. Demandez-lui son soutien, son inspiration, demandez-lui de vous aider à être vivant, c'est à dire libre de ces attachements.
  • Il est temps maintenant de se lever (si vous êtes assis) et de marcher lentement.
  • Alors, entre Terre et Ciel, vous laissez tomber lentement les pierres, l'une après l'autre. Ce faisant, ce sont ces liens, ces attachements, que vous laissez tomber. Vous vous détachez de chacun d'eux, vous vous libérez.
  • Vous mourrez peu à peu à vous-même, votre ancien "moi" disparait... Et vous êtes toujours vivant.
  • Regardez autour de vous, l'Esprit est partout. Vous n'attendez rien et vous vivez tout.
  • Continuez à marcher quelque temps, lentement, afin de prendre conscience de cette mort et de cette nouvelle liberté.

Donnez du temps à votre Moi Profond pour qu'il intègre ces changements significatifs. Il redevient libre, vivant, ne le brusquez pas.

Dans les prochains jours, vous aurez certainement l'occasion de vous souvenir que vous avez laissé tomber ces pierres, ces attachements. Vous ne pouvez pas conserver vos anneaux de pouvoir et être libre. Acceptez de changer. Acceptez, accueillez le nouvel être que vous êtes en train de devenir, le nouvel être que vous avez toujours été.

(prochaine étape dans une semaine)

Plus vous vous connaissez vous-même, plus il y a de la clarté. La connaissance de soi n'a pas de fin, vous n'arrivez pas à un but, vous n'arrivez pas à une conclusion. C'est un fleuve sans fin.

J. Krishnamurti

teo


Retrouvez les billets de ce voyage :
Voyage à Teotihuacan