Distinction délétère

Voici plusieurs siècles, la connaissance était centralisée dans les religions. Face à la poussée de l'approche scientifique, basée sur l'observation neutre (voir à ce sujet Newton ou bien Francis Bacon), la solution fut une distinction :

  • le "physique", corporel... pour la "science"
  • le spirituel, sacré... pour la religion (ce qui leur aura laissé quelques siècles avant que les deux se rejoignent à nouveau).

Il est plus facile de mesurer le visible que l'invisible.
Et nous sommes encore sous ce régime artificiel de séparation. Certains sont donc matérialistes, d'autres religieux ou spiritualistes.
Il est vrai que la science a progressé : aujourd'hui, nous sommes descendus dans l'infiniment petit de l'atome.

C'est quoi la matière ?

Nous avons forgé de nombreux mots pour décrire notre compréhension de la matière, par exemple ici :

La matière ordinaire qui nous entoure est formée de baryons et constitue la matière baryonique. Cette définition exclut les bosons fondamentaux, qui transportent les quatre forces fondamentales, bien qu'ils aient une masse et/ou une énergie. wikipedia

Si vous n'êtes pas spécialiste de ces questions, il est probable que les termes baryons ou bosons ne soient pas très clairs.
Mais fixez votre attention : les termes masses ou énergie sont plus familiers, certes. Quelle est leur signification, vraiment ?
En dernière analyse : qu'est-ce que la matière ?
Des baryons ? de l'énergie (E= mc2) ? ...
Je peux mettre de nombreux mots "sur" la matière mais ils sont au final vides de sens.


Couleurs

Et le corps ?

Cette séparation "matière / spirituel" se retrouve dans nos croyances à propos de notre corps, de ce que nous sommes.
De même que la peau d'une pomme est distincte des pépins (autant de "noyaux") du centre, de même il s'agit de distinguer corps et esprit. Mais la peau fait partie de la pomme, tout comme le corps fait partie du tout.
Et de même qu'il est plus facile de mesurer le visible, de même le corps est un sujet directement abordable.
Alors oublions tout ce que l'on croit savoir sur le corps.

Aimer son corps, le respecter

Là encore, attention à nos conceptions, nos croyances. Que signiie "aimer son corps" ?
Il s'agit d'être impeccable.
Voici une citation déjà publiée de Théun Mares dans Être impeccable c'est simple.

L'impeccabilité est la simplicité elle-même. Elle consiste à agir, à tout moment, au mieux de nos capacités, à partir des connaissances à notre disposition à ce moment-là. Ce n'est pas plus compliqué que cela.

Nous retrouvons là les accords toltèques.

Peut-être l'exemple d'un véritable amour est celui d'un parent envers un nouveau-né. Je ne dis même pas "bébé" car nous pouvons déjà créer des conditions d'amour face au bébé : il doit sourire, ne pas pleurer la nuit...

Autrement dit, il me semble qu'un piège est de se dire

  • Dès que j'ai effectué cette opération de chirurgie esthétique
  • Dès que j'ai perdu x kilos
  • Dès que j'ai grossi de x kilos
  • Dès que j'ai posé ce piercing
  • Dès que je me suis teint en brun
  • ...

alors j'aimerai mon corps.
Ce sont des conditions : j'aime mon corps si...
Non !
Attention, je ne dis pas qu'il est inutile ou non adapté de décider de maigrir / grossir...
Il s'agit de chercher sa propre vérité.

J'aime mon corps avec ces quelques kilos qui me manquent. Par amour pour ce corps que je suis, je décide de grossir de ces quelques kilos. Et j'aimerai encore ce corps lorsqu'il aura retrouvé un poids qui correspond à mes connaissances actuelles - et mes propres observations - à propos de santé, de bien-être.

Végétarien... ou rien ?

Si nous possédons des canines, nous sommes carnivores, autrement dit capables de manger de la viande, vivante ou morte.
Nous pouvons donc être des carnassiers. Mais alors que le tigre par exemple est un carnassier notable, nous sommes des omnivores, dont l'intestin se rapproche plus de l'herbivore que du carnassier pur et dur.
Voila donc une vérité qui devrait se traduire par de nouvelles croyances quant à la nature de notre nourriture.

Bio

De même la notion de "bio". Aujourd'hui nous distinguons "normal" et "bio". Ne faudrait-il pas nommer "normal" (bio) et pétro-chimique (engrais, pesticides...) la nourriture que nous trouvons dans les magasins ?
Imaginez : "Tiens je prendrais bien de ces bananes pétro-chimiques..." ... (?)

Discipline

Nous retrouvons alors la discipline du chevalier toltèque (guerrier dans la terminologie originale, j'utilise plutôt "chevalier" qui me semble mieux correspondre à cette notion dans notre iconographie occidentale).

Saint Esprit
C'est alors que nous découvrons que sous la peau de la pomme...